18.03.2019

Bientôt une centrale de biogaz dans chaque ferme ?

Assurément oui, si cela ne dépendait que de Philippe Jans. Avec son entreprise Biolectric, il développe des installations de biogaz – ou « installations de m… » comme il les appelle - qui transforment le fumier de vache en énergie verte. Après des années de recherche et d'essais, son produit est aujourd’hui parfaitement au point. Biolectric est-elle sur le point de conquérir le secteur agricole ?
 
« Trois vaches peuvent alimenter une famille en électricité verte pendant un an. »
 
Après l'entrée de la société d'investissement anversoise Ackermans & van Haaren (AvH), Biolectric se prépare à déployer ses installations de biogaz partout en Europe. Sa production a été multipliée par cinq. Lorsqu’on tient compte de la présence de 200 millions de vaches en Europe, on comprend pourquoi. « Les éleveurs ne peuvent rien faire pour réduire les émissions de CO2 de leurs vaches. La solution n’est autre qu’une centrale de biogaz . Et le climat est un sujet brûlant bien sûr. »
 
Un amortissement rapide.
Mais qu'en est-il des coûts ? Une petite installation revient à 100 000 euros, le prix d’un tracteur neuf. « Mais un agriculteur peut déjà récupérer cet investissement en 4 ou 5 ans » précise Jans.
 
Une utilisation simple.
L’installation de telles centrales de biogaz est aussi simple que rapide. « Notre produit final se présente sous la forme d’un conteneur de 20 pieds qui inclut toutes les pompes et les contrôles électroniques. Ce pack prêt à l'emploi est complètement installé en quelques jours. A titre de comparaison, l'installation d'une installation de biogaz classique prend environ 2 ans.
 
Envie d’en savoir plus ? Lisez l'article complet ici.