05.09.2019

Le potentiel du gaz comme énergie d'avenir.

Une étude récente du SPF Economie montre que le chauffage représente 74% de la consommation totale d'énergie des ménages belges. L'écologisation du chauffage offre dès lors des potentialités majeures pour la réduction globale des émissions de CO2. Nous avons interrogé Didier Hendrickx, Public Affairs Manager de Gas.be, sur le potentiel du gaz comme source d'énergie d’avenir et de transition.
 
« Une période de transition est nécessaire afin de continuer à chauffer les habitations existantes à un coût socialement acceptable » fait remarquer Didier Hendrickx. « Les investissements dans l'isolation représentent une partie de la solution, mais le remplacement des chaudières au mazout et atmosphériques par des appareils à condensation permet actuellement de réaliser de plus grands profits. Ainsi, nous pourrons non seulement répondre aux objectifs climatiques pour 2030, mais aussi améliorer la qualité de l'air en limitant les émissions de particules ».
 
Et ce n’est pas seulement de cette manière que le gaz contribuera à un avenir plus vert. « Le gaz peut être associé à des sources d'énergie renouvelables. La combinaison de chaudières à condensation à gaz avec des pompes à chaleur ou des panneaux solaires témoigne du rôle central que le gaz peut occuper dans la transition énergétique. Trois millions de foyers belges se chauffent déjà au gaz et des combinaisons toujours plus nombreuses verront le jour. Par ailleurs, le gaz lui-même s’écologise de plus en plus grâce au développement du biométhane. »
 
« Une entreprise véritablement magique ». Didier Hendrickx qualifie ainsi l'unité de biométhane de Merksplas, pionnière dans notre pays. « Le processus de biométhanisation présente une foule d’avantages : il recycle les déchets, réduit les émissions de CO, crée des emplois et produit une énergie renouvelable non intermittente. De plus, nous pouvons utiliser les infrastructures existantes. Le biométhane - et le gaz vert qui en est dérivé - est une énergie flexible qui peut être exploitée pour la mobilité ainsi que pour la production de chaleur et d'électricité. De plus, sa production constante est facile à réguler. »
 
« Une autre façon de produire du gaz renouvelable est d'utiliser l'excédent d'énergie éolienne et solaire. C'est ce que l'on appelle le Power-to-Gas (PTG). On s'attend à ce que le parc de production d'électricité renouvelable prenne de l'expansion au cours des prochaines années, les fluctuations deviendront ainsi un véritable défi. Les installations PTG assurent une complémentarité optimale entre les systèmes électriques et gaziers. »
 
Selon Didier Hendrickx, une approche neutre basée sur une technologie déjà disponible à un prix acceptable est nécessaire pour atteindre les objectifs à l’horizon 2030 et 2050. « Il existe une panoplie de solutions pour le secteur du chauffage – mais pas de panacée. L'évolution de ces 30 dernières années nous montre qu'il n'y a pas de révolutions, mais plutôt des évolutions graduelles et judicieuses qui permettent aux consommateurs de s'adapter d'une manière abordable. »
 
Vous désirez en savoir plus sur le potentiel du gaz vert ?
Rendez-vous sur greengasregister.be.