03.11.2020

Passer du mazout au gaz en trois étapes

Passer du mazout au gaz en trois étapes
Les chaudières à condensation sont la norme de nos jours. Avec une chaudière gaz à condensation, vous émettez par exemple déjà près de 40% de CO2. Elle est non seulement plus respectueuse de l’environnement, mais aussi plus économique, permettant ainsi de réduire considérablement votre facture énergétique. Le passage du mazout au gaz se fait en trois étapes.

1. Connectez votre maison au réseau de gaz naturel 
Y a-t-il une conduite de gaz dans votre rue ? Vous le saurez vite en le demandant à vos voisins. Si vous voulez vraiment être sûr, il est préférable de consulter le gestionnaire du réseau de distribution de votre commune. S’il y a du gaz dans la rue, il peut généralement être facilement installé jusqu’à votre maison. En Wallonie, les gestionnaire du réseau de distribution ORES et Resa et à Bruxelles, le gestionnaire du réseau de distribution Sibelga, réalisent les travaux de raccordement.

Vous pouvez vérifier si votre maison est connectée au réseau de gaz
ORES sur le site https://extranet.ores.be/fr/work-requests/gaz-connectability 
- Resa sur le site http://www.resa.be/raccordement/etapes/ 
- Presque tous les bâtiments et logements à Bruxelles peuvent être raccordés au réseau de gaz naturel, à deux exceptions près : les bâtiments situés le long de rues très éloignées ou à la périphérie de la ville et certains nouveaux terrains. L’une de ces situations s’applique-t-elle à vous ? Alors, contactez Sibelga au 02 549 41 00 pour savoir si un raccordement au gaz est possible.

2. Retirez le réservoir de mazout
La mise hors service permanente d’un réservoir de mazout est réglementée par la loi. Vous devez faire appel à un professionnel reconnu qui peut délivrer un certificat officiel. Si un réservoir ne peut pas être enlevé, il est « neutralisé », par exemple en le remplissant de sable. La neutralisation coûte en moyenne 1 000 euros pour un réservoir allant jusqu’à 3 000 litres. S’il se trouve à l’extérieur, le prix baisse. Si le réservoir est enterré, vous paierez un peu plus. Il est bon de savoir que certaines communes accordent une prime à cet égard.

Conseil : l’installateur de votre nouvelle chaudière à gaz peut vous aider à faire appel à une entreprise spécialisée pour neutraliser définitivement le réservoir. Veuillez noter que pour un réservoir de plus de 10 000 litres ou si une contamination du sol a été détectée, une étude exploratoire du sol doit être effectuée. Pour plus d’informations, consultez le site:
- pour Bruxelles:  https://environnement.brussels/le-permis-denvironnement/les-conditions-specifiques-dexploitation/reservoir-mazout-non-enfoui 
- pour la Wallonie: http://environnement.wallonie.be/citernes-mazout/Reservoirs-mazout.pdf

3. Choisissez votre nouvelle chaudière
Depuis 2020, les chaudières à condensation sont la norme. Non seulement elles sont moins polluantes, mais elles sont aussi jusqu’à 30 % plus économiques. Si vous remplacez votre chaudière, n’oubliez pas que vous avez également besoin d’eau chaude sanitaire. Peut-être avez-vous déjà une installation pour cela ? Alors, combinez-la avec votre nouvelle chaudière. Vous pouvez continuer à utiliser les conduites et les radiateurs de votre ancienne installation de chauffage au mazout, sans qu’il soit nécessaire de procéder à des travaux de maçonnerie ou de démolition. Un tuyau spécial doit cependant être installé dans la cheminée pour évacuer les gaz de combustion. L’installateur peut également inclure le raccordement au réseau dans son devis et prendre contact avec le gestionnaire du réseau. 

Vous vous demandez quels avantages le passage au gaz peut vous apporter ? Vous pouvez le lire ici.

Envie de savoir quelles sont les possibilités de combinaison avec des énergies renouvelables ? Vous pouvez le lire ici

CO2 vervuiling Nieuws Verwarmen op gas